Le fabuleux monde de Betty Oups

Le fabuleux monde de Betty Oups

"Faites des bÍtises, mais faites-les avec enthousiasme."

Que c'est dur de tenir un blog! J'ai mille idées dans ma tête. Ma caboche déborde, fume et bouillonne. Peut-être que ma tête n'est pas relié à mes mains, peut-être que je n'ai pas assez de mots pour traduire cette effervescence d'idées. C'est peut-être aussi une histoire de temps, de la routine qui empoisonne, de la vaisselle à faire, du sol à laver, de la routine sportive à tenir, de la vie de couple à gérer,... Je pense que c'est surtout une question de PRENDRE le temps, le temps de se poser, de n'être là que pour soi sans distraction en oubliant le sol qui est sale, la sonnerie du téléphone,... Je crois que je me perd dans le flux incessant de mes pensées... Où est donc la sortie du labyrinthe? Je crois qu'il est temps que je me mette en recherche.

 

J'ai toujours aimé écrire, mettre des mots sur mes émotions, créer une histoire à partir de rien. Petite, j'ai beaucoup écrit de lettres. J'ai gardé cette habitude pour exprimer la colère qui se retrouvait parfois bloqué dans le creux de mon ventre (je vous ai déjà dis que je ne savais pas me mettre en colère?).

 

Mon grand rêve reste d'un jour écrire un livre. Cette idée est née dans les pages d'Harry Potter que je tournais frénétiquement quand j'avais 10 ans. Elle a été confirmé par ce concours de poésie gagné en 6ème, par ses mots de ma directrice de mémoire: "Surtout, continuez d'écrire". Pourtant, j'ai abandonné successivement tout projet de blog et je n'ai jamais tenu un Nanowrimo jusqu'au bout. Je ne vous parle même pas de tout ce qui est écrit pro. Pour quelle raison, me demanderez vous? Probablement la peur idiote de ne pas être suffisamment bonne. Que voulez vous, je reste une psychologue marquée par Winicott. Plus sérieusement, je reste une personne qui met la barre très haute alors qu'elle n'a jamais su faire de saut en hauteur. Il y a tellement de personnes talentueuse sur cette terre que je reste paralysée par l'impression d'inutilité et de vanité de ma quête. Qu'est ce que je pourrai apporter de différent, de valable? Il faut probablement que j'apprenne à vivre pour moi, à construire mes propres bases sans m'appuyer de tout mon énorme poids sur autrui.

 

4dd236df14dd56aa248dae630e9a5dcc.jpg

 

Aujourd'hui, je vous écrit pour vous partager une idée, une toute toutepetite idée que j'ai envie de faire grandir, s'épanouir, fleurir. Je ne suis pas très confiante, je dois vous l'avouer alors je compte sur toute votre bienveillance. Cette idée, elle est née en écoutant la radio sur mon chemin pour le travail. La journaliste parlait du livre de Scott Stossel, « Anxiété, les tribulations d’un angoissé chronique en quête de paix intérieure ». Mes deux neurones se sont alors connectés: c'était ça! C'était de ça dont je voulais parler: à la fois de mon métier mais également de mon vécu d'angoissée de la vie entière. J'ai mis mes 45 looongues minutes de route à travers la campagne à profit: mon cerveau à pédaler, pédaler jusqu'à une idée: un abécédaire!  Je suis devenue une inconditionnelle du côté névrosée bienveillante de SolangeTeParle, c'est probablement elle qui m'a inspirée. Pour chaque lettre de l'alphabet, je veux vous développer un concept psychologique en le mettant en parallèle avec mon vécu, la société,..

Je me lance timidement dans cette aventure avec ma volonté et ma confiance d'une solidité de porcelaine. J'espère de tout coeur que ça vous plaira, que je tiendrai, que ce sera intéressant, que j'arriverai à trouver les bons mots, que je trouverai le temps, ... Bref, j'angoisse mais je vous retrouve très vite pour de nouvelles aventures.

 

 


16/04/2016
0 Poster un commentaire

Je vous souhaite des rÍves ŗ n'en plus finir et l'envie d'en rťaliser quelques uns

Il est temps de rêver, il parait que je suis douée pour ça. J'ai vu une image qui faisait le parallèle entre 2016 et la joie, prémonitoire? Je l'espère, pour vous comme pour moi. Je crois que ce sera cela mon manifeste pour cette année, qu'elle déborde de petits moments de bonheur! Je suis une éternelle optimiste: je m'émerveille de tout et de rien, je regarde le monde avec les yeux plein d'étoiles d'une enfant de cinq ans et j'espère pouvoir continuer à cultiver cette joie en 2016.

 

a462cbb1ed2924efa28aac30bd1093ca.jpg

 

En 2016, j'espère retrouver cette confiance en moi que j'ai perdu et rayonner à nouveau. Je dois réapprivoiser les courbes de mon corps, savourer les moments de tête à tête avec moi-même, m'aimer tout simplement. Je crois que je dois également apprendre à m'attacher autrement, abandonner cette peur de décevoir et assumer. J'aimerai développer la volonté de m'engager: j'ai l'impression d'avoir abandonner certaines causes qui me tenaient à coeur ses derniers mois, au profit d'une routine qui me tue. Mes yeux restent ouverts mais mon corps, mon cerveau doivent se mettre en marche et se battre pour ce en quoi je crois car ces causes le méritent. Je veux faire une overdose de culture, découvrir tous les films, les musiques, les spectacles et les livres. Que 2016 soit l'année de la découverte en fait:

 

J'aimerai que mon année se résume au juste équilibre entre le oui et le non: que je puisse dire oui à la vie, aux occasions, me gaver d'expériences mais que j'apprenne aussi à m'éloigner. Que ce soit dans le travail ou les relations aux autres, j'ai trop eu tendance à me faire dévorer, à m'oublier sans vraiment en tirer de bénéfices. Je ne peut même pas dire j'aimerai, je le dois pour me protéger pour me sécuriser et m'épanouir.

 

Joie, confiance, découverte et engagement, je crois que ces mots résument mon manifeste pour cette année. 2016 est donc plein de promesses qui dansent, d'envies scintillantes,... La peur de l'échec reste mais peut-on échouer à une envie? 

 

Et toi quel est ton manifeste pour 2016?

 

 

 

 

 

 

 

 


18/01/2016
0 Poster un commentaire

Le temps du bilan

Cet article s'inspire de l'exercice proposé par le très bon blog  Louise Androlia. Il sera probablement long et trop personnel mais je crois que j'ai besoin de mettre des mots sur cette fin d'année, de clore les choses correctement. Les fins m'angoissent et, même si rien ne se termine réellement, j'ai besoin d'écrire mon happy ending pour 2015

 

72f0c27699dad90db229342882efd0f7.jpg

 

 

 

Cette année a été très riche, complexe aussi, pleines d'interrogations (vous avez compris que je suis très douée pour ça), de projets avortés aussi. Je ne sais pas si je peut la qualifier de bonne année mais c'est certainement une année très importante. Aujourd'hui, je voulais donc faire le bilan du positif, essayer de me mettre dans un état d'esprit plus positif pour 2016 que je ne le suis aujourd'hui.

 

2015 est l'année où j'ai obtenu mon premier poste de psychologue en CDI. Si j'avais du décrire mon poste idéal après mon master, ça aurait été celui là. La population, les objectifs du service, tout me passionne dans ce service. C'est un travail difficile qui a pu me mettre en souffrance par moment mais j'apprend beaucoup sur le travail en institution et sur moi aussi. Les projets sur lesquels on travaille sont aussi prometteurs et très enrichissants. J'ai aussi dans un sens eu ma première stagiaire ce qui a été une chouette expérience. Au CIO, je trouve mes marques, je me sens compétente dans mon travail et l'équipe, l'ambiance de travail est vraiment géniale.

 

Je n'ai pas forcément fait énormément de nouvelles rencontres cette année mais j'ai pu apprendre à consolider certaines relations. Des amies de Lyon et Montbéliard ont fait le trajet jusqu'à mon grand nord ce qui m'a beaucoup touchée. J'ai revu plusieurs amies d'enfance que je ne voyait plus que très peu et c'était réellement de chouettes moments. J'ai conscience d'avoir un peu délaissé ces relations et je suis contente d'avoir l'occasion de corriger ça. Une amie d'habitude très secrète commence à se confier à moi et je suis contente de voir notre relation évoluer de cette manière. En rencontre, j'en nommerai quand même une dans le cadre du DU. Je ne sais pas si cette relation perdurera mais c'est une personne dans lequel je me suis reconnue et nos échanges m'ont fait beaucoup de biens.

 

J'ai pu passer quelques très beaux moments en famille également: une folle soirée avec ma cousine, partir à l'autre bout de la France sur un coup de tête pour les 40 ans de mon cousin, les 50 ans de mes parents, ce repas à Strasbourg tous ensemble et ce très beau Noël. J'ai pu développer les liens avec certains, apprendre à mieux profiter des moments tous ensembles. J'ai encore pas mal de choses à régler, à comprendre dans ce domaine mais ces moments restent précieux. 

 

Niveau amour, 2015 est l'année où j'ai réussi à me projeter, à avoir envie de m'engager réellement. Je ne sais pas s'il est l'homme de toute ma vie mais j'ai envie de construire quelque chose avec lui. Dans un sens, même si j'en encore des progrès à faire, il m'apprend à gagner en indépendance, à me détacher un peu de mes émotions qui me plombent et à moins réfléchir. 

 

Tous mes projets n'ont pas pu se réaliser, surement car ils étaient trop nombreux mais j'ai pu valider un diplôme, pas aussi bien que je l'aurai voulu mais je suis allée au bout et cela m'a confirmé que j'étais une bonne clinicienne, que je savais écrire. Je me suis d'ailleurs impliquée dans l'écriture avec ce blog, j'ai écrit un article pour Madmoizelle, mon mémoire et j'ai fait mon premier Nanowrimo. Je ne suis pas allée au bout mais c'est la première fois que je me penche vraiment sur une histoire à écrire et j'ai trouvé l'expérience chouette.  Je suis allée à Paris, Lyon, Mulhouse et Montbéliard, à l'autre bout de la France sur un coup de tête pour un anniversaire, j'ai visité plein de musées et me suit nourrie de cela. J'ai fais une randonnée, j'ai repris le sport de manière régulière. J'ai recommencé à lire régulièrement, ce qui m'avait manqué. J'ai fais quelques beaux concerts, la grande roue, j'ai dansé sur une table dans un bar. J'ai vu tous les stars wars et j'ai même vu le dernier au cinéma. Je me suis intéressée à l'écologie, à l'éducation bienveillante et à plein d'autres sujets. Je suis allée à europapark aussi et j'ai même testé du VTT dans les bois. J'ai été donatrice pour une association et j'ai pu affirmer mes positions politiques sur pleins de sujets  participer à une des marches du 11 janvier,.. Et probablement plein d'autres expériences que j'oublie. Récemment, j'ai même fait cuire des pommes de terre pour la première fois, c'est dire!

 

3914cf1e6d9100d23e0f857646541468.jpg

 

Je suis maintenant sensée mettre des mots sur ce que j'ai aimé à mon propos cette année et c'est probablement la partie la plus difficile. Ma confiance en moi me semble aussi fragile qu'un château de cartes et je crois que je traverse une période de grand vent. Peut-être que c'est ce qui rend l'exercice intéressant après tout. Il y aura surement quelques redondances avec la partie du dessus, ce dont je m'excuse d'avance.

 

J'aime ma capacité à entretenir les amitiés, même quand les personnes sont éloignées. J'aime le fait que j'ai été capable d'affirmer mes positions idéologiques. J'aime le fait que j'ai été capable de me sentir compétente dans un métier pour lequel je n'ai pas de formation à la base. J'aime mon empathie même quand elle me joue des tours, ma capacité à m'émerveiller de rien. J'aime le fait que j'arrive à faire taire mes doutes quelques secondes pour me projeter avec lui. J'aime le fait que mon cerveau s'intéresse à 10 000 choses en même temps, envisage tous ses projets. De manière plus futile, j'aime le fait que j'ai réussi à passer quasi complètement au naturel pour mes cheveux et je les trouve beau. J'aime ma peau et sa douceur, j'aime mes longues jambes, ma bouche. J'aime également la souplesse que j'ai réussi à garder et les progrès que j'ai pu faire en sport. J'aime aussi mon optimisme, le fait que même si hier j'étais incapable de remplir cette partie et que je pleurais devant mon manque de confiance en moi, je suis aujourd'hui capable de trouver autant d'éléments positifs. 

 

L'article est déjà long, je continuerai donc avec mes attentes pour 2016 dans un suivant.

 

Je vous souhaite beaucoup d'amour. 

 

Betty

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


04/01/2016
0 Poster un commentaire

Qui-suis-je?

Je cherche des réponses à en perdre les questions. Comment pourrai-je espérer en trouver une à une interrogation aussi grande que celle-là? Je croie que je me nourris des questions. Je ne suis pas douée pour les certitudes, j'interroge, je remet en cause... surtout quand ça me concerne.  Parfois, le doute est comme une clef, il ouvre tout un champ de possibles, de rêves. Parfois, pourtant, je sens mes épaules pliés sous le poids des points d'interrogations. 

 

J'aurai aimé faire une présentation classique expliquant à quelle point je suis compétente pour écrire ce blog. Peut être qu'expérimenter l'incertitude sur toutes ses formes me rend apte à en parler mais je ne saurai en être sûre. C'est ce que je suis, j'embrasse le doute à bras le corps comme toutes les autres émotions. Je m'émeut d'un rien, m'émerveille du soleil brumeux du matin et de la douceur d'un renard en peluche. Je pleure de colère et de joie et l'angoisse me prend à chaque fois que la déception pointe dans le regard de l'autre.

 

Les mots de cet article ont mis une éternité à s'écrire, peut-être parce que je ne me sentais pas légitime, parce que je me suis perdue dans le labyrinthe de mes questions et de mes doutes. Je fais un métier où la certitude n'existe pas et peut-être que j'ai ployé sous le manque de réponses et de solutions. J'ai tenté le nanowrimo, j'ai tenu deux semaines, probablement par difficulté à faire face au regard des autres. Le problème est peut-être là aussi pour ce blog. Mais que vais-je faire si j'attends des certitudes? 

 

Cet article est dédié aux projets avortés par peur du regard des autres et par angoisse de la fin, l'angoisse de terminer quelque chose qui ne serait pas suffisamment bon. Winicott avait raison l'équilibre est difficile à atteindre. L'année arrive à sa fin et il est temps pour moi de lui donner cette tonalité suffisamment bonne. Peut-être cela se caractérisera par un nouvel abandon mais je me dois d'essayer, de me jeter dans ce gouffre béant de regard qu'est l'internet. 

 

Peut-être à plus tard pour de nouvelles aventures/

 

 

 

 

 

 

cc2de0ce2142674d97251d3905180506.jpg


27/12/2015
0 Poster un commentaire

Renouveau, tÍte de veau

bf014b3a5cd791a7a3858a2fde0c336d.jpg

 

****

 

Septembre est là. Je dirai bien que l'automne aussi, que le temps se rafraîchit et que les feuilles commencent à prendre des couleurs mais je décède de chaleur dans mon mini-short my little pony et la seule couleur que prend le basilic sur mon balcon est jaune paille. Mais cela n’empêche pas septembre d'être là et avec lui la rentrée et toutes les idées de renouveau associées. Bah oui, j'ai abandonné mon statut d'étudiante il n'y a pas si longtemps que ça et pour moi septembre a toujours été un meilleur mois que janvier pour les bonnes résolutions. 

 

Ce blog est une de ses résolutions: pourquoi? Je ne sais pas trop. Peut-être pour mettre des mots sur le flot de mes pensées, peut être pour tenter d'atteindre l'objectif si fou de l'amour de soi. J'ai beau être psychologue, j'ai l'impression d'être remplis de névroses et de limites. Peut être aussi pour partager ce chemin avec vous, il parait que le manque d'estime de soi est un problème encore plus répandu que les crises économiques.. C'est aussi pour suivre le conseil d'une professeure qui me disait de ne pas arrêter d'écrire. Elle s'attendait probablement à quelque chose de plus académique mais le statut de chercheur n'est pas encore à ma portée.

 

Je ne sais pas trop quelle direction prendra ce blog ni quelle direction je prendrai d'ailleurs. J'espère néanmoins que vous apprécierai le voyage.

 

A très vite! 

 

****

 


02/09/2015
0 Poster un commentaire